Elim Chan

Elim Chan : une femme chef d’orchestre

Article publié à l’origine en mai 2016 sur le blog collaboratif muzine.fr (fermé depuis).

Il y a quelques jours, j’ai eu la chance de me voir offrir une place pour aller voir un concert à l’ONL (Orchestre National de Lille). Ca tombait bien, plusieurs années déjà que j’en entend régulièrement parler mais sans avoir de réelle impulsion pour y aller, c’est l’occasion ! Il faut dire que la musique classique j’aime bien, mais je suis assez compliquée, je n’aime pas tout. Il faut que ça donne la pêche, que je puisse m’imaginer des aventures en écoutant, ou bien que ça soit au contraire tout doux et berçant.

 

Quand j’ai entendu qu’il s’agissait ce soir-là de jouer Mendelssohn, j’ai été ravie ! Adolescente, j’écoutais de temps en temps un CD de ce compositeur que je trouve énergique, plein de vie. Il fait partie de mes préférés avec Tchaïkovski.

 

L’ONL donne ses représentations dans la salle de concert du Nouveau Siècle, près de la place Rihour. Le bâtiment est étonnant, une sorte de construction en forme de cercle sous laquelle on trouve un parking (bien pratique!)

A l’intérieur je trouve que ça en jette, tout est en courbes, sobre, une architecture très reposante. Cette impression se propage jusqu’à la salle de concert toute de bois et de blanc vêtue.

 

J’ai de la chance, le placement est libre. Je m’installe juste derrière le carré d’Or. L’emplacement est idéal, je vois bien la scène. Seul l’éclairage me gène, je le trouve un peu trop directionnel, froid, précis.

 

Les musiciens répètent tous ensemble, mais se focalisent sur des parties différentes des morceaux, c’est une sorte de brouhaha étrange, et le chef d’orchestre fait son apparition. C’est une femme, toute menue. Les gens s’étonnent et commentent : il semblerait que les femmes soient rares dans le métier.

 

Le premier morceau commence, tout doucement d’abord, puis il prend rapidement de l’ampleur et je suis sous le charme, de ces morceaux que j’entends enfin “en vrai”. Et surtout du chef d’orchestre qui transmet une telle émotion… on la sent vivre les morceaux, tout en retenue mais avec des gestes vifs, passionnés. C’est beau. Je suis fascinée par tous ces mouvements que je perçois presque comme un spectacle. Je me laisse transporter. J’en ai les larmes aux yeux. Je me surprends encore de me laisser émouvoir comme cela par des choses que je ne pensais pas pouvoir m’atteindre.

 

Une grosse demi-heure plus tard, le charme se rompt, mes oreilles ont toujours du mal avec les sollicitations de longue durée, et je fatigue un peu. Je regarde autour de moi, tout le monde semble encore bien concentré. Du coup, j’observe : le jeu des musiciens, leur présence, je regarde s’ils ont l’air d’aimer ce qu’ils font. Certains semblent hyper impliqués, semblent vivre la musique. D’autres paraissent plus fonctionner par automatisme. Je me dis qu’aimer la musique, ça n’est pas aimer toutes les musiques, même si on en vit. Et qu’être musicien professionnel ça doit être comme dans tous les métiers, il y a des moments où on ne doit pas trop avoir envie.

 

J’aurais voulu photographier la scène, pour vous la montrer. Le placement des musiciens, le chef d’orchestre, afin de pouvoir vous rendre compte de leurs mouvements. Vous montrer ce musicien, tout au fond, qui attend de jouer sa partie sagement, mais qui, si on regarde mieux montre une impatience retenue et donne l’impression qu’il ne rêve que de faire claquer ses cymbales … De temps en temps c’est son tour et … “tchang tchANGGG!!” il les claque l’une contre l’autre d’un air facétieux ! La situation est comique, cela donne un côté décalé à ce concert si sérieux.

 

Je repars très heureuse de mon expérience, et me jure d’aller voir un jour un ciné concert. Ca aussi ça doit être vraiment une chouette expérience !

Auteur de l’article : Stéphanie

2 commentaires sur “Elim Chan : une femme chef d’orchestre

    Audrey

    (8 novembre 2017 - 7:04 )

    Jolie expérience sensorielle 😉

      Stéphanie

      (8 novembre 2017 - 7:29 )

      Oui c’était top 🙂

Laisser un commentaire